Mise en place du nouveau régime obligatoire pour les professions libérales

    Agent Immobilier Agents assurance

    Mise en place du nouveau régime obligatoire pour les professions libérales

    27/09/2021 Maxime Compte 141 Aucun commentaire

    Selon la Banque de France, en France, le marché de l’assurance-vie a été affecté par la crise sanitaire tout en faisant preuve de résilience. La collecte brute a ralenti de façon transitoire lors du premier confinement. Les rachats, après un bref épisode d’augmentation, ont significativement baissé pendant la période du premier confinement avant de revenir à leur moyenne de long terme fin 2020. La collecte nette s’est redressée en 2021, avec un fort dynamisme des contrats en unités de compte.

    Le marché poursuit la transformation engagée dans l’environnement de taux bas, au profit des supports en unités de compte. Cette tendance, qui persiste depuis, caractérise une refonte de l’offre vers des produits de long terme, tournés vers les fonds propres, mobilisant mieux l’épargne au service du financement de l’économie. Ces évolutions modifient également la nature du produit, ce qui doit inciter à poursuivre les efforts d’information auprès de la clientèle sur les risques portés.

    Devenez courtier en assurances ou IAS, avec notre formation en ligne www.maformationassurance.fr ou bien faites votre formation annuelle obligatoire, DDA.

    L’assurance-vie en France : un produit d’épargne de long terme

    L’assurance-vie est un produit d’épargne de long terme qui se décline en différents supports :

    • Les fonds placés sur des supports en euros avec un capital garanti et des intérêts acquis une fois versés. Ces fonds constituent une part substantielle des placements des ménages français (Banque de France, 2021a) et sont le premier produit d’épargne des Français devant les dépôts bancaires rémunérés. Ils représentent 38 % du patrimoine financier des ménages.

    • Les fonds placés sur des supports de type unités de compte : sur ces fonds, l’assureur garantit seulement le nombre d’unités et non leur valeur. Le risque de fluctuation de la valeur est porté par le souscripteur, c’est-a-dire l’assuré.

    • Et plus récemment, les contrats multi-supports : une partie des fonds peut être placée sur un support en euros et le reste sur divers actifs financiers, de type unités de compte.

    Bien que les épargnants soient nombreux à détenir des contrats d’assurance-vie, 39 % des ménages métropolitains en 2018 selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee, 2018), cette détention qui s’accroît avec le revenu aboutit à une certaine concentration. Ainsi, en 2015, les ménages aux 10 % de revenus les plus élevés détenaient près de 80 % des fonds placés en assurance-vie (Arrondel et Coffinet, 2019).

    L’impact sur votre activité

    Malgré l’impact exceptionnel de la crise sanitaire sur l’activité économique et les marchés, pas de fragilité accrue des sociétés d’assurance.

    Une mise à jour est en cours, cela peut entrainer des ralentissements lors de votre consultation de notre plateforme, nous vous prions de nous excuser, un retour à la normale est prévu demain.